Sciences Pour l’Environnement

Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Projets de recherche > GEM (Gestion et valorisation des Eaux en Méditérranée) > Activités

Comprendre et analyser l’hydrogéologie et la géochimie des ressources en eau des bassins versants et des aquifères

par campana - publié le , mis à jour le

L’approche développée par l’équipe d’hydrogéologie s’intéresse au cycle continental de l’eau et ce à deux échelles stratégiques : le bassin versant et l’aquifère. Nos outils d’investigation sont les outils de la géochimie et de l’hydrologie isotopique (isotopes stables et radioactifs).

Nos travaux sont structurés à travers trois principaux axes d’investigations :
- Caractérisation des échanges eaux de surface/eaux souterraines.
La contribution de la part d’eau superficielle alimentant le compartiment souterrain constitue souvent une inconnue qu’il convient de préciser pour parvenir à une bonne gestion des stocks disponibles. Les paramètres isotopiques et géochimiques peuvent alors constituer des outils uniques permettant de façon indirecte d’accéder à ce type d’information. Nous avons notamment pu préciser les conditions d’alimentation de champs captants exploités pour l’alimentation en eau potable implantés dans des contextes géologiques variés, des milieux cristallins aux milieux alluviaux en proposant à chaque fois une méthodologie d’approche adaptée.
- Caractérisation géochimique et isotopiques des eaux souterraines et des eaux de surface en contextes anthropisés.
Le développement d’un laboratoire de géochimie et d’hydrologie isotopique au sein du projet GEM depuis 2012 nous a permis d’intervenir sur des thématiques liées à la caractérisation qualitative et à l’impact anthropique sur les ressources en eau douce continentale et ce là encore dans des contextes socio-économiques diversifiés. Le couplage des méthodes hydrogéochimiques avec les méthodes de l’hydrologie isotopique et notamment les isotopes stables de la molécule d’eau 18O et 2H nous a permis d’aller beaucoup plus loin dans la caractérisation des sources de pollution affectant l’espace souterrain et les eaux douces qui y sont stockées.
- Modélisation couplée qualitative/quantitative des eaux souterraines.
Nous cherchons à mettre en relation de façon pratique les informations géochimiques et isotopiques collectées sur les hydrosystèmes avec la réalité quantitative des flux concernés. Sur le site de l’aquifère côtier de Bonifacio l’utilisation des gaz CFC et SF6 en plus des isotopes stables nous a permis de mettre en évidence un âge moyen de 50-70 ans pour les eaux souterraines de cet hydrosystème. Des approches similaires, incluant une mobilisation d’outils numériques, mais appliquées cette fois à des contextes hydroclimatiques très différents ont été entreprises afin de valider notre méthodologie avec par exemple le cas des milieux fracturés sous climat atlantique et le cas des milieux poreux sous climat aride. Ces aspects sont actuellement particulièrement développés dans le cadre des projets de l’OHM Littoral Méditerranéen (LABEX DRIIHM).